Actualités

La photo et l’invisible

22 avril 2009

Après le Museum of Modern Arts de San Francisco, l'Albertina Museum de Vienne expose la "Photographie de la pensée".

Au milieu du 19e siècle, naît une pratique surprenante : la "photographie spirite". Liée à l’apparition du spiritisme à la fin des années 1840, elle prend d'abord pour sujets la "cristallisation d’esprits", les fantômes, spectres et ectoplasmes. Des photographes "médiumniques" entendent immortaliser divers phénomènes paranormaux. Bien entendu, il s’agit pour l'essentiel de trucages de charlatans, notamment d'habiles photomontages réalisés sur le négatif lui-même.

Dans une veine moins fantastique mais tout aussi fantaisiste, la "photographie des fluides" prétend à partir des années 1860 capter sur une plaque sensible, sans appareil, le rayonnement de la "force vitale" ou du mystérieux "courant psycho-odo-fluidique" !

C'est en apposant une plaque sur le front d'un médium que cette "Photographie de la pensée" est censée avoir été produite…

Prêtée au Musée d'art moderne de San Francisco, elle y a été présentée d'octobre 2008 à janvier 2009 dans le cadre de l'exposition "Brought to Light : Photography and the Invisible, 1840-1900" (Mis en lumière : la photographie et l'invisible, 1840-1900). Jusqu'au 24 mai 2009, l'exposition est visible à l'Albertina Museum de Vienne en Autriche.